Accès gratuit à votre propriété forestière

Retrouvez votre propriété forestière gratuite sur Sylvamap et mobile

Chapitre indispensable pour faire agréer un Plan Simple de Gestion forestier, la réflexion sur l’équilibre sylvo-cynégétique reste complexe à mettre en œuvre. Voyons rapidement de quoi il retourne…

L’équilibre sylvo-cynégétique : (pour)quoi ?

La réflexion sur l’équilibre sylvo-cynégétique est rendue obligatoire par l’article R-212-4 du Code Forestier, fixant les éléments obligatoires du contenu d’un PSG forestier. Ainsi, ce dernier doit contenir la liste des espèces soumises à plan de chasse présentes sur le massif, ainsi que l’évolution souhaitée des prélèvements.

Le choix de l’évolution des prélèvements (à la hausse ou à la baisse) est à la demande du détenteur du droit de chasse (propriétaire ou ACCA, société de chasse…). Ce choix doit donc se faire en accord entre le propriétaire, les chasseurs et le gestionnaire éventuel et doit prendre en compte les intérêts de chacun. Il ne s’agit pas de prendre cette décision à la légère, mais bien de l’anticiper en contrôlant avec rigueur les dégâts de gibier observés et en suivant les populations par comptages.

Les impacts du gibier sur la forêt

La chasse est une activité parfois importante dans certains massifs forestiers (dans les grands massifs principalement) et peut amener des revenus financiers non négligeables pour le propriétaire. La présence de gibier est aussi un atout en terme de biodiversité lorsque la population ne dépasse pas la capacité d’accueil du milieu. Enfin, la présence de gibier en forêt est aussi simplement agréable pour le propriétaire ou les éventuels promeneurs qui peuvent avoir l’occasion de le croiser.

Cependant, lorsque la population dépasse les capacités d’accueil du milieu, l’équilibre est mis à mal, des dégâts peuvent apparaître sur les arbres et les relations entre le propriétaire et les chasseurs deviennent parfois tendues. Car si le sanglier reste moins problématique en forêt qu’en zone agricole où il peut faire des ravages au sein de parcelles fraîchement semées, ce sont surtout les cervidés qui sont connus des forestiers. Et c’est au printemps que les dégâts s’observent le plus souvent. Les abroutissements de jeunes plants freinent leur développement et leur répétition entraîne un port en ‘‘boule’’ qui entraînera un développement en taillis, inadapté à la production de bois de qualité. De même les frottis, permettant aux jeunes mâles de se débarrasser du velours protégeant leurs jeunes bois, raclent l’écorce et mettent à nu la partie vivante de l’arbre, qui, fragile, se voit vulnérable aux insectes ou aux conditions climatiques.

S’adapter pour atteindre l’équilibre

S’il arrive fréquemment de voir des plantations ou régénérations forestières mises à mal par une surdensité de gibier, certaines pratiques permettent de limiter les problèmes :

  • Le suivi des populations et l’adaptation du plan de chasse en fonction de l’évolution ce celles-ci (observation par comptage) ou des dégâts observés en forêt

  • Le maintien de la végétation ‘‘concurrente’’, des ronces, de zones de gagnage et du sous-étage forestier afin de fournir une nourriture plus variée au gibier et préserver ainsi une partie du peuplement objectif

  • Le dépôt des rémanents sur les souches pour protéger les repousses du taillis après exploitation

  • La diversification des essences et l’adaptation de celles-ci selon leur appétence par le gibier si une surdensité est avérée

De même, il est indispensable que le propriétaire ou le gestionnaire forestier gardent une possibilité d’agir sur le plan de chasse, tout en conservant de bonnes relations avec les chasseurs. Un échange courtois entre les acteurs reste la meilleure solution à tout problème.

La prise en compte de l’équilibre sylvo-cynégétique en forêt, obligatoire lors de la rédaction du Plan Simple de Gestion, est donc à prendre en compte de façon continue et doit se réfléchir en amont de la rédaction du plan de gestion. La bonne gestion de la chasse nécessite aussi, outre un suivi continu, un dialogue entre les chasseurs et les forestiers.

Pour plus d’informations, retrouvez le guide pratique de l’équilibre sylvo-cynégétique édité par le CRPF Bretagne et la fédération des chasseurs de Côtes d’Armor.