Les présidents des syndicats départementaux ont pu découvrir Sylvamap à l’occasion de l’Assemblée Générale de Fransylva, « premier parti écologique de France » comme Antoine d’Amécourt, Président de la fédération nationale, le revendique. Car si la forêt capte aujourd’hui 12% du carbone national, génère plus de 450 000 emplois – non délocalisables – et offre un matériau naturel, local et renouvelable, la filière a besoin d’outils pour concilier gestion forestière simple et mobilisation durable du bois. « Le bois est une ressource d’avenir, alors sachons vivre avec notre temps. Grâce au numérique, Sylvamap aide les propriétaires et gestionnaires à gérer leur forêt. C’est une transition pleine de promesses ! ».